{TAG} Sunshine Blogger Award, ou l’histoire d’un blogueur qui découvre les TAG

Bonjour à tous !

Je cède à la curiosité. Alterran, du blog l’Espace d’un temps m’a nominé à un TAG (je le questionnais, en tant que n00b, sur le machin).

J’ai ouïe dire que les premières fois sont parfois douloureuses : j’espère qu’il s’agira, ici, de l’exception à la règle.

Les règles, si je comprends bien, sont les suivantes :

  • Insérer le logo Sunshine Blogger Award ;
  • Renvoyer vers le blog de la personne nous ayant nominé ;
  • Répondre à des questions ;
  • Nommer, à son tour, onze blogueurs ;
  • Leur préparer onze questions.

Bon, je vous mets le logo, je réponds aux questions, mais je ne veux pas embêter qui que ce soit avec ce petit délire : tout au plus vais-je indiquer quelques questions me rendant curieux sur l’activité et la façon de faire des autres blogueurs.

sunshine-blogger-award.jpg

C’est parti !

Quel fut ton premier article de Blog ?

Facile, mon premier article concerne l’actualité spatiale, et plus exactement l’échec de la fusée chinoise Longue Marche 5, conduisant à un report de la mission chinoise d’exploration de la Lune Chang’e 5 !

Chang’e 5 : la Chine à l’assaut de la Lune

Quels sont tes autres passe-temps en plus du Blog?

La lecture, aussi bien de livres de SFFF que d’articles de vulgarisation scientifique, mais aussi des ouvrages de vulgarisation scientifique, voire des ouvrages universitaires (en histoire, où j’ai des phases obsessionnelles me poussant parfois plutôt loin), des essais sur des thèmes divers et variés (autour du transhumanisme, dernièrement), des rapports et compte-rendus officiels, sans compter les ouvrages religieux divers et variés (cela va des Sermons de Saint-Augustin au Coran, en passant par les écrits cathares, les textes mythologiques germaniques, les écrits zoroastriens et mazdéens rassemblés par Jean Varenne, etc etc…).

Synthétiquement, je peux dire qu’outre la lecture SFFF, j’aime la science, l’histoire (antiquité et Moyen-Âge -avec une préférence pour la période Vème-VIIIème siècles) et les religions, mythes et légendes.

Outre la lecture, j’ai grosso merdo cinq centres d’intérêts :

  • m’occuper de mes plantes vertes et de mon micro-potager de balcon (j’adore la verdure, je suis un jardinier dans l’âme, frustré de vivre en appartement) ;
  • mater des séries télévisées ;
  • jouer aux jeux vidéos (j’ai commis un article sur certains jeux que j’apprécie, ici : vous l’aurez compris, j’aime les jeux de gestion, de grand-stratégie & de rôle) ;
  • se remettre (éternellement) au sport ;
  • mater des vidéos Youtube sur des chaînes intéressantes. En y pensant, cela pourrait presque faire un article. Je regarde surtout des chaînes en anglais :  vulgarisation scientifique, analyses d’œuvres d’art.

Qu’est-ce qui te plaît le plus dans la littérature de l’imaginaire?

Au départ, je ne suis pas vraiment un lecteur des littératures de l’imaginaire. J’aime Milan Kundera, Philip Roth, Dostoïevski, mais aussi la poésie de Victor Hugo ou de Charles Baudelaire, le théâtre, ou que sais-je !

La distinction entre la littérature de l’imaginaire et la littérature dite « blanche » m’a toujours paru spécieuse. Oh, bien sûr, cela n’est pas identique : le cadre du roman n’est pas le même. Mais la qualité littéraire, les thèmes traités, je ne vois guère de différences.

Bref, je n’aime pas la littérature de l’imaginaire en soi, j’aime les bons livres, bien écrits, avec des approches intéressantes de thèmes qui me passionnent (même si j’admets apprécier le sense of wonder, et voir mon horizon intellectuel s’élargir !).

Un Lovecraft, par exemple, n’a rien à envier à ses contemporains, aussi bien du point de vue de la qualité de l’écriture que de l’intérêt des thèmes abordés. Idem pour un Clark Ashton Smith. Ou un J.R.R Tolkien.

Sans compter les difficultés de classement : Zamiatine, l’auteur de Nous autres, peut aussi bien être classé dans la science-fiction (littérature de genre, soi-disant inférieure) que dans le conte philosophique (genre littéraire noble appartenant à la vraie littérature). Pareil pour LoveStar, d’Andri Snaer Magnason, qui est aussi bien de la SF (bouh) qu’une « satire poétique » (ah, c’est noble ça !).

Prenons Robert Merle. J’ai écrit un article sur son roman Malevil. Je vous cite l’article Wikipédia sur le roman :

La qualification de science-fiction peut être considérée comme exagérée, concernant ce roman, puisque seule la situation de départ (la destruction de la civilisation humaine par une explosion d’origine inconnue mais probablement atomique1) rejoint le thème post-apocalyptique, alors très populaire en science-fiction. Tout le reste du roman raconte comment un groupe de survivants miraculés relève le défi de la reconstruction d’une société humaine dans des conditions archaïques1. De ce point de vue, on peut dire que le roman relève du genre de la robinsonade.

Cette remarque peut s’appliquer à plusieurs romans de Robert Merle qui a utilisé quelques thèmes de science-fiction dans son œuvre qui se consacre par ailleurs plutôt à des questionnements de la littérature conventionnelle. On rattache ainsi souvent de tels romans au genre de la fiction spéculative, ou de romans d’anticipation.

De nombreux thèmes sont abordés dans ce roman : la religion, la politique, la place des femmes dans la société, le monde rural, le rôle du chef, certes sous l’angle d’une mini-communauté mais qui renvoient à notre société.

N’exagérons pas : oui, c’est un cadre post-apocalyptique, mais bon, hein, le roman se concentre sur ce qu’il se passe après la fin du monde, du coup, ça va, c’est une robinsonnade. Quant à distinguer ce qui relève du « thème de science-fiction«  du « questionnement de la littérature conventionnelle« , je vous souhaite bien du courage : la religion? La politique? La place des femmes dans la société? Les dynamiques de pouvoir? L’adaptation à un monde qui change?

Synthétiquement, j’aime les auteurs qui ont des choses à dire, et qui trouvent les mots pour le dire.

Si tu devais absolument écrire un livre, de quoi parlerait-il (si tu en as déjà écrit un, qu’écrirais-tu d’autre) ?

Question difficile, tant les idées, influences et envies bouillonnent en moi.

Deux choses m’attirent :

1/ l’anticipation proche, horizon XXIIème siècle, avec exploration et colonisation du système solaire + une composante « hard-SF » prononcée.

2/ une sorte de hard-Fantasy, dans un contexte antique -ou, Haut Moyen-Âge-, avec ajouts d’éléments extra-européens (ou d’éléments européens oubliés ou méconnus par les auteurs).

Je n’aime pas les cycles longs. Mais je ne me sens pas inspiré par l’idée de recréer, de zéro, je-ne-sais combien d’univers fictifs. Je m’imagine bien écrire des livres très différents, relatifs à des lieux et des époques différentes, se déroulant tous dans le même univers fictif.

Cela dit, je n’ai jamais rien écrit. J’approfondis mon âme et élargis mon horizon préalablement au grand plongeon : une excellente excuse pour procrastiner.

Comment t’y es-tu pris pour faire connaître ton blog au plus grand nombre?

J’ai créé une page Facebook, mais aussi un compte Twitter, que je sous-utilise quelque peu, faute de temps à investir sur les réseaux sociaux.

Sinon, bah…Rien. Je ne démarche pas les éditeurs, ni rien de ouf. A vrai dire, je suis sauvé par Google, où je suis bien référencé : j’ai pas mal d’articles en première page des recherches sur certains mots clés, et ça, ça fait plaisir (la colonisation de Venus, dernièrement, mais Terreur, Vision Aveugle, la terraformation, le worldbuilding m’apportent du trafic ; sur ce dernier terme, mon blog est même utilisé pour définir le terme worldbuilding en français ! Si j’avais su, j’aurais p’têt’ soigné un peu plus ma définition…).

Un petit mot de remerciement, aussi, pour les blogueurs qui me suivent : c’est une source de motivation (et de trafic, mais c’est vraiment très secondaire). Je ne suis pas sûr de toujours bien m’y prendre, niveau renvoi et citations (je ne recherche pas efficacement, je pense, toutes les critiques existantes : je me borne à renvoyer aux critiques que je connais et que j’ai lu). Et, faute de temps, je ne cherche pas trop à étendre ma blogroll : j’ai trouvé des blogueurs de qualité, que j’aime lire, et je m’en « contente » ! J’espère qu’ils se reconnaîtront 🙂

Le lieu où tu souhaiterais absolument partir en vacances?

Je reviens tout juste de mes vacances au Japon (petit coucou à Alterran à ce sujet :D).

J’ai pas mal parcouru l’Italie, que j’apprécie beaucoup. J’ai beaucoup aimé Munich, aussi, et l’Islande.

J’avoue avoir envie de découvrir, prochainement, l’Ecosse, les Etats-Unis et la Thaïlande.

Ton plat et ta boisson préférés?

Pas facile de choisir. La raclette, je pense, me met dans une transe extatique profonde. Mais j’adore la cuisine italienne, japonaise, les cuisines régionales françaises etc etc…

Quant à la boisson, indubitablement, je suis un grand amateur de bière de qualité (plutôt blonde ou ambrée, quoique je ne dédaigne pas très ponctuellement une imperial stout).

Ton film (SFFF) préféré?

Très difficile de choisir. Tant de films ont nourri mon imaginaire qu’en singulariser un seul est compliqué. Je vais éviter les classiques, non pas pour être pédant, mais dans l’espoir de vous faire découvrir des films moins connus (parce que bon, hein, vous dire que j’ai a-do-ré Jumanji quand j’étais môme, ou que Matrix, ou le Seigneur des Anneaux m’ont conquis quand j’étais jeune adolescent, ou que la ligne verte m’a ému…bah ça ne vous aide pas trop à découvrir de nouveaux films !).

Je songe à trois films, à fort impact, dans des genres très différents :

  • Event Horizon, de Paul W. S. Anderson : un film d’horreur qui m’a marqué. Un film un peu raté, mais bon sang, quelle occasion ratée !
  • The Man from Earth, de Richard Schenkman : un film sorti en 2007 qui m’a fait forte impression à l’époque. C’est fou, car j’ai été saisi, absorbé, fasciné par ce film… qui se déroule dans une pièce, avec une poignée de personnes papotant dans un salon. Pas d’effets spéciaux, rien que des mots. Et, avec moi, la magie a fonctionné.
  • The Truman Show, pas vraiment un film inconnu, mais un film à (re)découvrir, indubitablement !

En bonus : la Caverne de la rose d’or, une mini-série fantastique qui est collector 😀. Aaah, Fantagaro !

Quel livre devrait être adapté en film/série selon toi?

Difficile à dire ! J’ai tellement peur que le film écorche telle ou telle oeuvre…

Cela étant dit, je me suis déjà surpris à me faire la réflexion que les Montagnes Hallucinées, de Lovecraft, ferait une bonne adaptation si et seulement si Hollywood ne dénature pas le matériel de base.

Que proposes-tu comme livre à une personne n’ayant jamais lu de SFFF et qui souhaite démarrer?

Pas la moindre idée. Cela dépend du parcours littéraire (et de l’âge…) de chacun.

Sans doute un auteur comme Asimov, très connu, consensuel, avec un style pas bien compliqué, des thématiques pas trop déroutantes etc? Ou certains textes courts de la collection Une Heure Lumière, qui pourraient être une chouette transition?

Te lanceras-tu un jour en tant que Booktubeur? Oui/non? Pourquoi?

Non, pas en tant que « Booktubeur« .

Un jour, peut-être, pour causer choc du futurMais je n’ai ni le temps, ni le matos, ni les compétences en montage.

Le plus gros souci, c’est le temps, ceci dit : les compétences, ça s’acquiert, et le matos aussi… mais le temps, lui, est quasi-impossible à dégager.

Question Bonus : ton vrai prénom?

Johan.

 

Je ne nomine personne, mais je reprends la liste de questions de chroniques du chroniqueur, que j’adapte à la marge :

  1. Quelles sont les raisons qui t’ont poussé à ouvrir ton blog ?
  2. Comment fais-tu pour concilier ton blog et le reste ?
  3. Tes études ou ton activité professionnelle ont-ils une utilité pour ton activité bloguesque?
  4. Depuis combien de temps ton blog existe ? Est-ce que tu te sens ancien ?
  5. Qu’as-tu déjà tenté pour diversifier ton blog ?
  6. Joues-tu aux jeux-vidéos ? Si oui, lesquels ?
  7. Quel est ton univers fictif préféré?
  8. As-tu déjà tenté d’écrire ?
  9. Qu’est-ce qui, pour toi, est rédhibitoire dans un roman?
  10. Quel a été ton premier livre de SF? De Fantasy? De fantastique?
  11. Que dirais-tu à quelqu’un considérant les littératures de l’imaginaire comme étant une sous-littérature?

 

4 réflexions sur “{TAG} Sunshine Blogger Award, ou l’histoire d’un blogueur qui découvre les TAG

  1. Le chien critique

    Quelle mise à nue, heureusement que tu as gardé le bas !
    Les tags permettent de mieux connaitre le blogueur caché derrière son pseudo. Et il me permet de me rappeler que je dois regarder The Man from Earth.

    Je te rejoins sur le classement genre / blanche. En outre, on reclasse selon les époques, les modes. Les étiquettes me servent surtout à repérer les sujets qui m’interpellent, mais me ont louper aussi certains titres parus en blanche.

    J'aime

    1. En ai-je trop dit? Ai-je manqué à la pudeur? J’ose croire que j’ai su garder une petite part de mystère 😀

      Le truc amusant, c’est que je suis un blogueur mais je me rends compte que je n’ai pas vraiment de pseudo. Un Curieux, peut-être?
      Quant à The Man from Earth, j’en garde un très bon souvenir. J’avais été bluffé par le fait qu’un film aussi démuni de tout moyen puisse tant dire : je voyais le récit, et pourtant il n’y avait que des mots. A noter qu’il faut le mater en anglais, je crois que les doublages fr sont moyens.

      J’avoue m’intéresser assez peu à l’actualité de la littérature généraliste. Pour bien comprendre pourquoi, je me permets de citer le petit mot de Feydrautha sur ladite actualité, petit mot qui a un fond de vérité :
      « Quelle idée d’écrire de la fantasy ou de la SF, un de ces genres mineurs, créant des mondes imaginaires comme autant d’expériences sociales alors que susurrer les lamentations amoureuses d’une bourgeoise adultère lui aurait acquis la reconnaissance éternelle de quelques académiciens garants du bon goût et des belles lettres. »

      Mes diverses tentatives en littérature généraliste ont, dernièrement, heurté le mur d’un conformisme qui, hélas, m’ennuie. Où sont les Kundera, les Dostoïevski, les Lautréamont? A mon avis, l’avenir appartient à la littérature de genre, où la créativité bouillonne : il y a tant à dire, et il faut trouver de nouvelles façons de les dire !
      Hum. C’est un sujet sur lequel je semble un poil trop enthousiaste. Désolé.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s