Le Paradoxe de Fermi, de Jean-Pierre Boudine, ou Pourquoi l’avenir n’appartiendra pas aux cadres

Bonjour à tous,

En ce dernier lundi de l’automne, je vous propose de découvrir avec moi un petit livre de fiction français, assez rapide à lire : Le Paradoxe de Fermi, de Jean-Pierre Boudine, édition Denoël (192 pages). Pourquoi vous parler de ce roman? Pour trois raisons :

  • Je l’ai terminé assez récemment, pour tout vous dire c’est le roman que j’ai lu juste après Suréquipée, de Grégoire Courtois, que j’évoquais dans un précédent article.
  • Il s’inscrit dans la continuité d’un sujet de fond que j’affectionne particulièrement (si vous ne l’avez pas encore remarqué, c’est que vous n’avez pas parcouru les articles des derniers mois) : le Paradoxe de Fermi.
  • Il s’agit d’une prise de position de l’auteur sur une des hypothèses pouvant expliquer le Paradoxe de Fermi, hypothèse que j’évoquais ici.

Il s’agit de la version corrigée du roman, initialement publié en 2002. Cette nouvelle édition a permis à l’auteur d’ajouter de nouveaux développements afin d’y intégrer des événements récents, comme la crise financière en 2007.

fpGgc_YfFlrSx7sQCvdds7w1Jjg
Une très belle illustration, je trouve.

Nous nous retrouvons mis dans la position de celui qui découvre un carnet rédigé fiévreusement par un survivant (?) de l’apocalypse, M. Robert Poinsot, scientifique passionné par la montagne et les insectes sociaux.

L’apocalypse? Hé oui, le monde tel que nous le connaissons a pris fin. Pas dans l’explosion tonitruante d’une bombe nucléaire, ni sous les assauts furieux d’une quelconque invasion extraterrestre, ni des suites des ravages causés par tel ou tel cataclysme d’ampleur biblique.

Alors, à lire, à éviter? Pour ma part, j’ai un avis mitigé. Je n’ai pas été convaincu. Je vous explique pourquoi

Lire la suite