Le retour des Google Glass, ou comment aborder une nouvelle technologie

Vous savez ce qui est pire qu’une mauvaise technologie? Une technologie novatrice mais mal utilisée.

C’est, en substance, ce que je me suis dit en lisant cet article du journal Wired.

Cet article part d’un constat très simple : les Google Glass sont un échec.

154098-16012015-1421383564-1621733567-mgfoez3g

Pourtant, ce nouveau produit s’annonçait comme révolutionnaire, de nature à changer nos habitudes comme le firent l’iPhone et les smartphones en leur temps. Hélas, les lunettes connectées n’ont pas su trouver leur public.

A peine ai-je commencé cet article qu’il semblerait que je doive le clore.

… A moins que l’on ait enterré les Google Glass trop vite?

Lire la suite

Combien valez-vous?

J’ai découvert récemment sur la chaîne Youtube de Michael Stevens (pas Vsauce, DONG) un site que j’ai trouvé, ma foi, fort sympathique et que je tenais à partager avec vous :

how much of your body is your own

C’est un site de la BBC extrêmement intéressant.

J’y apprends par exemple que les éléments composant mon corps ont une valeur totale de plus de 2500$, que j’ai 8,6 octillions d’atomes en moi, que j’ai des traces d’or, d’uranium, d’arsenic en moi, que dans ma vie je vais produire près de 2,6 trillions de spermatozoïdes, que « mes » microbes pèsent près de 1,7 kilogrammes en tout, que j’ai plus de 49 litres d’eau dans mon corps, que j’ai remplacé les cellules de mon estomac 2165 fois au cours de ma vie, les cellules de ma peau près de 401 fois, mes globules rouges 90 fois, les cellules de mon foie ont été renouvelées 32 fois, et mes cellules de gras seulement 4 fois (et ce n’est pas faute de vouloir s’en débarrasser !).

Ce petit site, que j’estime très divertissant, ne prend bien sûr en compte que des moyennes et constitue un formidable prétexte pour me poser des questions amusantes.

Ainsi, me suis-je dit, les molécules et atomes qui composent mon corps sont sans cesse changeants, remplacés régulièrement. Autrement dit, la matière qui constitue mon corps est sans cesse renouvelée ; pourtant, je demeure. Peut-être que cela n’a rien d’exceptionnel, ni de bizarre, que la chose relève même de l’évidence, pourtant je ne peux m’empêcher de trouver cela quelque peu perturbant.

Autre réflexion divertissante : je suis ce que je mange. Le fer, le carbone, le phosphore, tout ce qui compose mon corps vient de ce que je mange. La chose est vraie non seulement pour moi, mais aussi pour tous les êtres qui m’entourent. Il s’agit là d’une mécanique fabuleuse, lorsqu’on prend la peine de s’arrêter quelques instants pour y penser.

Dernière réflexion probablement inutile, mais que je trouve malgré tout intéressante : les atomes composant mon corps, qu’il s’agisse du carbone, du phosphore, voire des traces d’or qu’on y trouve, viennent tous des étoiles. En effet, rappelons que les étoiles brillent grâce à un processus de fusion nucléaire : des atomes d’hydrogène fusionnent, donnant des atomes d’hélium, et ainsi de suite. Lors des explosions formidables que sont les super novas, l’ensemble des atomes constituant la table périodique des éléments sont éjectés dans le vide intersidéral… pour éventuellement former, un jour, une nouvelle étoile, de nouvelles planètes. C’est de là que viennent l’ensemble des atomes, excepté l’hydrogène. Ainsi, dans votre corps, dans mon corps, dans le corps de l’ensemble des êtres vivants, tous les atomes qui ne sont pas des atomes d’hydrogène proviennent du coeur en fusion d’étoiles lointaines ayant explosé il y a des milliards d’années. Nous sommes constitués, pour une part non négligeable, de poussières d’étoiles.

tableau-periodique-des-elements
A part l’hydrogène, ces éléments viennent du coeur des étoiles. Ou d’un laboratoire (ce qui est moins poétique, c’est vrai).

 

 

Les Arches du Vivant

Le 13 juillet dernier, j’ai pu lire un reportage intéressant dans le New York Times. Cet article, que je me permets de vous résumer et de compléter, recense un certain nombre « d’arches de l’Apocalypse » ayant pour objet de préserver tel ou tel aspect de la biodiversité.

Cette tendance des scientifiques à construire d’immenses dépôts chargés de stocker une multitude d’éléments témoignant de l’état du monde naturel -avant que ce dernier ne disparaisse- semble aller en se renforçant ; du moins, c’est là la position du président de la  International Society for Biological and Environmental Repositories, qui compare le phénomène actuel à la « course à l’espace ». Son organisation a recensé 1300  »biobanques » dans le monde. En voici quelques exemples :

Lire la suite

Hayabusa 2 et OSIRIS-REx : après les comètes, les astéroïdes !

Je suis désolé de revenir (encore) sur les astéroïdes, mais l’activité est forte en ce domaine !

Pour ceux qui n’auraient pas suivi, les astéroïdes sont l’objet de la convoitise de plusieurs sociétés privées (tel que Planetary Resources, soutenu par Larry Page, le cofondateur de Google), mais aussi de plusieurs Etats, comme le Luxembourg ou encore la Chine.

Ainsi, cette dernière a, par la voix de Ye Peijian (responsable du programme spatial chinois), annoncé le 3 mars 2017 que les astéroïdes étaient un objet d’intérêt pour la République Populaire « parce que leurs ressources seront importantes dans le développement futur de l’humanité« .

Mais ne mettons pas la charrue avant les boeufs : avant toute exploitation éventuelle, encore faut-il avoir une vague idée de l’emplacement et de la composition des astéroïdes. Ce travail de « cartographie » et de prospection est absolument fondamental. Où trouver les corps riches en eau, en métal?

Lire la suite

Le Luxembourg, pionnier du minage d’astéroïdes !

Le Luxembourg est un pays petit par la taille, grand par l’ambition. Un peu plus d’un an après que les USA ont ouvert la voie de l’exploitation des ressources spatiales, le Luxembourg passe à la vitesse supérieure en montrant son envie de devenir leader sur ce marché émergent.

56c07b9dcda0ba31e63f4debe01461c8

Un rêve fou, au vu de la taille de ce pays? Je tiens à rappeler à ceux qui pourraient avoir l’envie de mépriser ce pays uniquement du fait de sa taille que le Luxembourg ne se limite pas aux banques et autres services financiers. Pour rappel, le Luxembourg est historiquement lié à l’exploitation des mines de fer, il était ainsi dit que le « Luxembourg est un don du Fer comme l’Egypte fut un don du Nil« . Outre ce passé minier, le Luxembourg est depuis devenu un pays pionnier en matière d’exploitation commerciale des satellites, notamment avec la Société Européenne des Satellites, née d’un partenariat public-privé lancé en 1985 et désormais leader mondial des réseaux de satellites de télécommunications.

Lire la suite

L’industrie minière spatiale, un nouvel eldorado?

L’espace, nouvelle frontière pour l’industrie minière? C’est là le pari un peu fou de plusieurs industriels, qui voient dans les astéroïdes  (voire la Lune) des opportunités commerciales et non pas seulement des objets d’études.

PIA00136~orig
L’astéroïde Ida et sa « lune »

Permettez-moi de me fendre d’un petit article sur les astéroïdes, sujet à la mode (même si j’ai raté « l’asteroid day » du 30 juin dernier !).

Lire la suite

Un petit calendrier de l’exploration lunaire – 2017

Pour ceux nés dans les années 1970 ou 1980, les programmes spatiaux semblent davantage appartenir au passé qu’à l’avenir.

En effet, après la mission Luna 24 en août 1976, la Lune semble avoir parfaitement désintéressé les nations du monde pendant près de 30 ans (seules quatre missions prenant place dans cet intervalle, à comparer aux 90 missions ayant pris place entre 1950 et 1976).

De toute évidence, ce désintérêt a pris fin et nous sommes à l’aube d’une nouvelle course à l’espace, où la Lune prend toute sa place.

Lire la suite

Chang’e 5 : la Chine à l’assaut de la Lune

J’ignore si vous le savez, mais la Chine compte dans les prochains mois atterrir sur la Lune.

Bien sûr, ce ne serait pas la première fois : Chang’e 3 est déjà passé par là, et avec, le premier rover chinois à jamais avoir roulé sur le sol lunaire.

Lire la suite