Gagner la guerre, de Jean-Philippe Jaworski : ma critique en retard (d’une guerre)

Bonjour à tous !

Aujourd’hui, je suis heureux.

Je suis heureux de pouvoir vous présenter un auteur que j’ai découvert récemment. Oh, bien sûr, je ne suis pas le premier à le découvrir : les critiques sur le livre qui va nous occuper aujourd’hui sont nombreuses, circonstanciées, avec des avis bien tranchés. Et pour cause : ce roman ne va pas vous laisser indifférent.

Ce roman, c’est Gagner la Guerre. L’auteur, c’est Jean-Philippe Jaworski. Jean-Philippe Jaworski, c’est qui? C’est un gars né en 1969, un rôliste (donc un homme bien) qui a commis deux jeux de rôle : Tiers Age et Te Deum pour un massacre.

Notre auteur de jeu de rôle, un jour, s’est essayé au roman. Gagner la Guerre, c’est son petit premier (bien qu’il me faille souligner que notre excellent auteur français a déjà pu voir ses nouvelles publiées, pas besoin de chercher bien longtemps pour les trouver !).

Peut-être que certains d’entre vous s’interrogent : mais enfin, quelle importance de savoir qu’il a pu publier un ou deux jeux de rôle? Quel rapport avec la choucroute?

Hé bien, il y en a un, de rapport ! En effet, je crois me souvenir qu’à l’occasion d’une interview auprès de Casus Belli, un magazine de jeu de rôles, notre ami Jaworski a révélé que son travail sur le Vieux Royaume découlait du commentaire peu amène d’un forumeur sur le jeu de rôle Dungeons and Dragons : ce dernier concluait sur le fait que la Fantasy et les jeux de rôles en relevant étaient condamnés à un manichéisme médiocre, indignes d’intéressés quiconque ayant dépassé la maturité intellectuelle d’un adolescent.

Cela a dû agacer Jean-Philippe Jaworski, visiblement : l’univers de Gagner la Guerre est un contre-argument gigantesque, un démenti colossal, une réponse de plusieurs centaines de pages !

Mais entrons dans le vif du sujet, je vous ai fait assez languir : ce pavé de près de 700 pages commence avec les malheurs de Don Gesufal Benvenuto, assassin de la guilde des Chuchoteurs détachés près du Podestat Leonide Ducatore. Une grande bataille vient d’avoir lieu entre la République de Ciudalia, patrie du protagoniste, et Ressine. La bataille a tourné en faveur de la République grâce au courage et à l’audace d’un jeune noble : le patrice Bucefale Mastiggia. Le héros du jour est alors chargé d’informer Ciudalia de la glorieuse victoire : Don Benvenuto est de la partie (pour son plus grand plaisir : il a le mal de mer, et mettre fin à sa piteuse aventure navale au plus vite fait partie de ses priorités, on le comprend très vite).

Gagner-la-guerre

Lire la suite